Tout est vôtre !

Publié le par philocalie.over-blog.com

sauvegarde

« Il existe une forme de barbarie plus redoutable que le vandalisme. Elle consiste à laisser les biens de la civilisation non visités, à ne pas en faire une semence fécondant notre terre, autrement dit l’humus, à l’origine du mot humanité.

Cette barbarie thésaurise de manière improductive les biens de la civilisation ; elle les range dans le placard, les laisse s’étioler. Quel gâchis !  L’homme négligent dédaigne l’invitation à la joie (…)

Naguère, la sociologie mettait les héritiers en accusation, au motif qu’ils étaient les bénéficiaires d’inégalités socioculturelles. On devrait plutôt admonester ceux qui refusent leur héritage, qui ne se sentent pas assez héritiers, qui ne se comportent pas en héritiers allègres, prodigues amoureux passionnés, égoïstes !

Ce qui est répréhensible, ce n’est pas d’être un héritier mais de ne pas profiter de son héritage, de ne pas butiner en abeille gourmande, de dédaigner ce qui est offert, de ne pas fréquenter les musées, de ne pas répondre à l’appel des œuvres d’art, de lisser vides les salles de concert et de sport, de ne pas faire vivre l’agora en citoyen motivé, de ne pas s’engager dans la vie civique et la vie associative, d’abandonner partitions et instruments de musique au silence, de refuser son amicale compagnie aux jardins et aux forêts, de déserter les lieux de culte, de ne pas méditer les textes sacrés.

C’est une faute d’être un ingrat, mais n’est ce pas une faute plus grave de ne pas accepter avec joie ce qu’on  nous donne ?

La civilisation craint moins ceux qui oublient leur devoir  que ceux qui oublient qu’ils ont des droits, le droit de profiter, de se cultiver, de s’épanouir, de se perfectionner. »

Michel Lacroix, in Le principe de Noé, Flammarion, 1997

Publié dans Points de vue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article